Bien que sa vente et son utilisation soit contreversée à l'heure actuelle, beaucoup d'objets en ivoire circulent dans le marché de l'art. D'ou proviennent ces pièces et pourquoi l'ivoire ? L'ivoire, ce matériau naturel est utilisé depuis des milliers d'années par l'homme pour confectionner des petits objets et des sculptures. L'ivoire est une substance dure, blanche, opaque qui est la matière principale des dents et des défenses d'animaux comme l'élèphant, l'hippopotame, le morse, le narval, le cachalot, le phacochère. En France le mot ivoire s'applique préférentiellement (et commercialement) à l'ivoire d'éléphant ou de mammouth. Ce sont ainsi les défenses d'élèphants qui on été le plus exploitées. Avant l'apparition du plastique l'ivoire est utilisé pour la fabrication de nombreux objets : touches de piano, peignes, manches de couteau, boules de billard ....La surexploitation de l'ivoire à favorisé le braconnage, malheureusement encore aujourd'hui, mettant en péril la survie de certaines espèces.

Ainsi dès 1973, la convention de Whashington encadre le commerce de l'ivoire. Depuis cette date, les ivoires ne peuvent être vendus que si il est prouvé qu'ils sont antérieurs à 1976. Par ailleurs suite à la publication d'un arrêté du 16 aout 2016 (JO Aout 2017) relatif à l'interdiction du commerce de l'ivoire d'élèphants et la corne de rhinocéros sur le territoire national, il est interdit de proposer à la vente des défenses et objets composés d'ivoire. Les seules dérogations concernent le commerce d'objets travaillés dont l'ancienneté antérieure au 1er juillet 1975 est établie. Cela signifie que seule la vente d'objets sculptés accompagnés d'un certficat affirmant leur antériorité à la date du début de cette protection est acceptée. La Chine prévoit ainsi de son côté l'interdiction du commerce d'ivoire d'ici fin 2017.

On trouve souvent des petites figurine en Ivoire dans les ventes aux enchères, ces statuettes d'origine japonaise sont appelées OKIMONO et NETSUKE. Ces petites objets ou statuettes japonaises se ressemblent terriblement mais n'ont pourtant absolument pas la même fonction et origine. Le Netsuke est à l'origine un objet utilitaire.

artbite-a310-netsuke-ongles-179c0

 

C'est un accessoire du costume traditionnel pour les hommes . Le vêtement traditionnel japonais (le kimono) est dénué de poche. Les femmes japonaises ont souvent recours à des sacs à main pour garder auprès d'elles papiers, clés ou monnaie. Pour garder sur lui ce genre de petits objets, l'homme utilise des boîtes ou des bourses qu'il fixe à la ceinture de son kimono. L'ensemble des éléments qu'il porte à cette large bande de tissu appelée obi reçoit le nom de sagemono (les objets suspendus). Fixé à l'extrémité supérieure de chaque cordelette, le netsuke est placé au-dessus de l'obi ; de par sa forme et son volume, un peu à la manière d'un taquet, il bloque le cordon et maintient le sagemono à la ceinture. 

Enfin, le netsuke présente deux trous permettant de fixer le cordon. L'inspiration des netsuke  est multiple et puise autant dans les superstitions, les croyances et les religions que dans l'observation du monde, de la société japonaise et de la vie quotidienne. Une observation minutieuse de la nature, des attitudes et un souci de précision et d'harmonie caractérisent bon nombre de réalisations. Les personnages sont souvent traités avec bonhomie et de nombreuses attitudes semblent issues des théâtres kabuki et  et de leurs masques. La faune et la flore sont abondamment représentées dans un style naturaliste. 

n2gdxo0n2q_large

Les représentations animalières sont, là aussi, rarement dépourvues d'une connotation symbolique. Certains animaux comme le bœuf, le singe, le tigre, le cheval et le chien figurent parmi les signes zodiacaux du calendrier chinois adopté par les japonais jusqu'à l'ère Meiji, en 1868. Le bœuf symbolise le calme tandis que le tigre exprime la force. Le singe est très populaire, très souvent facétieux.

Contrairement aux Netsuke, L'OKIMONO, n'a aucune fonction utilitaire. Il est conçu comme une simple statuette décorative, plus grande à destination commerciale L'Okimono est une création bien plus récente, qui date de l'Ère Edo (1603-1868); Elle est introduite grâce à la mode du japonisme en Europe à la fin du XIXème siècle. Dès lors, la production s’organise en masse et, parallèlement à l’apprentissage traditionnel chez un maître, de nombreuses écoles voient le jour, entre autres à Tokyo. Ces statuettes sont souvent des "scènes de genre" représentant des petits métiers, des personnages en activités. Elles révèlent un japon exotique avec ces samourais et ces gaeishas.Il y a aussi des thèmes animaliers tout comme pour les netsuke.

213-4

29719

antiquite-okimono-statue-en-ivoire-japonaise-pecheur-a-la-ligne-sculpture-asiatique-statue-5923

Un point sur lequel semblent s’entendre tous les acteurs du marché reste la présence de faux, le plus souvent fabriqués à Hong Kong. Certains, particulièrement grossiers, se reconnaissent aisément : à l’expression des visages ou à la matière, placage d’os ou même résine.

Quelques astuces pour reconnaitre l'ivoire : l'Ivoire est une substance naturelle donc inegale, en regardant de près avec une loupe on peut apercevoir des stries. Ainsi l'Ivoirine qui est une composition de poudre d'ivoire et de résine bien qu'ayant un aspect très proche de l'ivoire ne présente aucun veinage.

La couleur naturelle de l'ivoire n'est pas un blanc immaculé mais une lègere teinte jaune. Les objets en ivoire gagnent en blancheur avec le temps contrairement aux objets en os qui jaunissent avec le temps. L'objet en irvoire ne peut avoir une couleur uniforme. Par ailleurs l'ivoire est un matériau froid. Une autre particularité de l'ivoire est sa forte densité. Les objets sculptés dans ce matériau sont assez lourds. 

Un petit test rapide peut révéler de façon précise si il s'agit d'ivoire : Munissez vous d'une aiguille et chauffez-la. Venez l'appliquer sur une partie cachée de l'objet : si votre objet est en ivoire aucune senteur ne se dégagera, par contre si il s'agit d'os vous discernerez une odeur de brulé. Si votre aiguille s'enfonce dans le matériau et qu'elle laisse une trace visible sur l'objet, c'est qu'il ne s'agit pas d'ivoire !

Japanese Ivory Carving, Part 1

Japanese Ivory Carving, Part 2