Carafe à décanter, carafe à vin, à liqueur, cognac, whisky et j'en passe. Il y en a de toutes formes et de toutes sortes, en verre ou en crystal. 

carafe-pavot-baccarat-600x480Si elles sont toutes différentes, c'est bien pour une raison simple : elles n'ont pas toutes la même fonction. En effet la carafe à vin est absolument différente de la carafe à décanter qui elle même n'a forcément rien à voir avec une carafe à liqueur ou à whisky !

Tout d'abord la carafe se différencie, du broc, du pichet et autre contenant car elle ne possède pas d'anse. C'est une vieille cousine de l'aiguière! Elle est bien plus ancienne que la bouteille de vin qui l' a remplacée. Elle apparait dès le XVIème siècle, elle est très utilisée pour tirer le vin des tonneaux et ainsi le porter à table. A partir de la création de la bouteille de vin au XVIII ème siècle par les Anglais, elle restera mais deviendra un objet de service des grandes tables.

Elle a connu une première évolution grâce aux bouteilles de vins qui avaient souvent des dépôts. La carafe à vin servait alors à décanter les vins. On utilisait la carafe et une bougie pour transvider le vin. Quand on regardait le goulot de la bouteille, grâce à la bougie, on apercevait le dépôt arriver et on arrêtait de transvider le vin de la Bouteille à la Carafe.

D'où le nom de Carafe à décanter le vin. La carafe à décanter est une carafe fine qui est utilisée pour les vins avec du dépot, souvant les vieux vins.Il s'agit de la carafe dite "canard", par référence à sa forme allongée qui rappelle la silhouette du volatile. Elle favorise le transfert du vin en évitant de remettre le dépôt en suspension (la bouteille doit rester allongée, dans la position où elle se trouvait dans la cave).

 

carafe-canard

 

On utilise aussi une carafe pour aérer les vins jeunes. On ne parle plus de "décanter " un vin mais de "carafer" un vin. La carafe permet d’aérer les vins lors du carafage. Cette opération accélère l’ouverture aromatique des vins et développe les sensations tactiles en bouche. Pour aérer un vin jeune, on choisira une carafe à l'assise très large et au goulot très évasé, le but étant de favoriser un apport maximal d'oxygène sur une surface d'échange la plus large possible. On procédera à l'opération environ 2 heures avant de passer à table.. Un vin fermé qui n’a pas encore développé son bouquet aura besoin d’être transvasé dans une carafe de type évasée.

Carafe-vin-plate

 

 


 La carafe à whisky quand à elle est de forme rectangulaire :

timesquare-carafe-a-whisky-cristal

Quand aux  carafes à liqueurs, ce sont des petites carafes généralement aux corps évasés. Ces petites carafes et leurs verres connurent un véritable succès avec la cave à liqueur. C'est un petit meuble d'un extrême raffinement, plein d'ingéniosité... A la fin du XVIIIe siècle, elle permettait d'accompagner et d'agrémenter les longs voyages en carrosse. Mais c'est au XIXe que la mode des caves à liqueur connait un véritable essor.

L'engouement très fort pour la consommation de liqueurs en France, ainsi que l'évolution des formes de convivialité qu'il implique amène les ébénistes à lancer un petit meuble de forme nouvelle : la cave à liqueur...Jusque dans les années 1840, la liqueur de fruits  est traditionnellement réalisée à partir de Brandy et de fruits du jardin. Généralement fabriquée à la maison, son goût très doux et fruité en fait un alcool très prisé par les femmes, au détriment progressif des vins doux comme le Porto.

Au milieu du siècle, l'industrie et le commerce des liqueurs prennent leur essor. La liqueur industrielle trouve rapidement sa place dans les salons bourgeois. L'alcool "sec" comme le cognac est plutôt réservé aux hommes, tandis que les femmes préfèrent l'alcool doux. C'est à cette époque que les caves à liqueur connaissent un succès exceptionnel, devenant un objet de luxe incontournable...

On notera que c'est d'ailleurs à cette période qu'apparaissent les grandes marques de liqueurs de fruits, ainsi que les liqueurs de plantes : la Crème de cassis Lejay-Lagoutte (1841), Cointreau (1849), Lapostolle (1827 - devenue "Grand Marnier" en 1871), la Chartreuse jaune (1838), la Bénédictine (1863)..

Mais ce qui fait tout le charme d'une cave à liqueur, c'est sans nul doute sa verrerie ! Luxueuses et raffinées, elles étaient composées de cristal de Baccarat, cristal de Saint-Louis, ciselé, torsadé, doré à l'or fin... 

 Rapidement, l'élite aristocratique et financière, à l'origine de la multiplication des objets de décoration, fit exploser la demande des caves à liqueur. Ce succès rapide entraîna une multiplication des modèles.

Parmi les estampilles les plus célèbres, on retiendra : Tahan, Alphonse Giroux, Théodore Aimée, Diehl.

 

charles10